Tumblelog by Soup.io
Newer posts are loading.
You are at the newest post.
Click here to check if anything new just came in.

October 31 2014

08:29

En Australie, réduire ses émissions de CO2 rapportera bientôt de l'argent

Cette mesure, censé remplacer la suppression de la taxe carbone, est très critiquée par l'opposition et les écologistes.






08:19

Chine : Danone tente de se relancer sur le marché du lait pour bébé

Le groupe d’agroalimentaire français prend 25 % du capital de Yashili, filiale de Mengniu, pour 437 millions d’euros.






08:18
Philippot présage "une guerre des chefs terrifiante à l'UMP pendant deux ans et demi"
Philippot présage
08:17

OM: Entre Brice Dja Djédjé et André-Pierre Gignac, rien ne va plus

SPORT - "Coup de sang à l'OM", annonce en Une vendredi 31 octobre le journal L'Équipe. "Les deux défaites consécutives ont dégradé l'ambiance à Marseille", assure le quotidien sportif qui révèle qu'"une vive altercation a opposé [jeudi] André-Pierre Gignac à Brice Dja Djédjé."

La scène s'est déroulée dans le réfectoire de La Commanderie, centre de formation et d'entraînement de l'Olympique de Marseille, à l'heure du déjeuner. Selon L'Équipe, Dja Djédjé a refusé d'y saluer Gignac qui lui a décoché un coup de poing en retour.




Le quotidien rapporte que cette altercation dénote "l'ambiance électrique" qui règne au sein de l'équipe marseillaise. Particulièrement depuis son élimination en seizième de finale de la Coupe de la Ligue face à Rennes mercredi 29 octobre.

Lors de cette rencontre, Brice Dja Djedje et Paul-Georges Ntep avaient été expulsés à la suite d'un accrochage. Davantage que cette action où les joueurs s'étaient agrippés mutuellement, l'arbitre Saïd Ennjimi avait sans doute sanctionné ce qui avait failli dégénérer en bagarre générale, à la 64e minute.

Selon les informations de L'Équipe, André-Pierre Gignac avait alors défendu Ntep plutôt que son co-équipier, ce qui avait enragé Dja Djedje et contribué à une seconde altercation dans la cantine de La Commanderie, qui s'est prolongée dans les vestiaires.

Après avoir été recadrés par le capitaine Steve Mandanda jeudi, les deux joueurs ont fini par s'expliquer et Dja Djedje a reconnu "devoir le respect à son 'grand frère'", assure le quotidien.

Lire aussi :

» Marcelo Bielsa nommé entraîneur de l'OM pour deux ans

» Le numéro 28 de Mathieu Valbuena retiré à l'OM

» L'Olympique de Marseille jouera bien au Stade Vélodrome


Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.
08:11

Le lait présenterait un danger pour les adultes? Une étude suédoise jette le trouble

ALIMENTATION - Le lait serait-il néfaste lorsque bu en grande quantité par des personnes vieillissantes? Une étude suédoise jette le trouble sur ses bienfaits couramment vantés pour les adultes, mais les auteurs appellent à accueillir leurs observations avec "prudence". "Nos résultats pourraient remettre en cause la validité des recommandations" à consommer du lait pour prévenir les fractures liées à l'ostéoporose - maladie à l'origine d'une fragilisation osseuse chez les personnes âgées - relèvent les chercheurs de l'université d'Uppsala, en Suède, qui signent ces travaux.

Cette étude doit toutefois "être interprétée avec prudence" car il s'agit essentiellement d'un travail "d'observation" qui mériterait d'être confirmée, soulignent-ils. Publiée dans la revue médicale britannique The BMJ, elle se base sur l'analyse des données recueillies dans le cadre de deux "cohortes" à savoir le suivi d'un groupe large d'individus sur plusieurs années.

En apparence, des résultats contradictoires

L'une portait sur environ 60.000 femmes de 39 à 74 ans, questionnées sur les habitudes alimentaires et de vie dans le cadre d'une campagne de dépistage du cancer du sein. L'autre cohorte concernait un groupe de 45.000 hommes de 45 à 79 ans. Les quantités de lait bu quotidiennement ont été quantifiées: entre moins d'un verre, un à deux verres, deux à trois verres et plus de trois verres. Les quantités de lait fermenté (comme le yaourt) et de fromage consommés ont également été prises en compte.

Les chercheurs ont cherché à savoir si pouvait être établi un lien statistique entre la quantité de lait et de produits laitiers consommés et la survenue de fractures, en particulier de la hanche, ainsi que la survenue de décès. Le résultat, en apparence contradictoire avec l'image bienfaitrice du lait, est que les femmes absorbant plus de trois verres de lait par jour paraissent plus enclines à souffrir de fractures et à décéder.

Lactose et D-galactose

Les femmes qui consomment trois verres ou plus de lait par jour ont un risque relatif de décès "de 90% plus élevé" et un risque de fracture de la hanche "de 60% plus élevé" par rapport à celles qui boivent moins d'un verre par jour, explique à l'AFP, le Pr Karl Michaelsson principal signataire de l'étude.

Pour les hommes, le lien statistique entre grande quantité de lait consommé et risque de décès est également observé mais "de manière moins prononcée" tandis qu'aucun lien n'est observé pour les fractures. L'analyse concernant les produits laitiers - lait fermenté et fromage - montre également un lien statistique avec fractures et décès, mais "dans le sens inverse".

"Les femmes qui consomment beaucoup de fromage et produits à base de lait fermenté ont un taux de mortalité et fracture plus faible que celles qui en prennent peu", observent les chercheurs. L'analyse tient de l'observation et aucune relation de cause à effet n'a été formellement démontrée.

Mais les scientifiques suédois avancent une hypothèse pour expliquer l'éventuel effet néfaste du lait à haute dose chez les adultes: la présence en quantité importante de sucres spécifiques, lactose et D-galactose, qui sont peu présents dans les produits fermentés. Le D-galactose pourrait jouer un rôle dans le "stress oxydant" des cellules et l'inflammation des tissus: des expériences ont montré que ce produit injecté chez des souris accélérait le vieillissement.

"Il pourrait y avoir un lien avec le lactose et galactose contenus dans le lait (...) mais une telle relation de cause à effet doit encore être l'objet d'expérimentations", souligne l'équipe suédoise. "Il s'agit d'une étude intéressante, bien conçue mais, comme disent les auteurs, la prudence est de mise", commente la diététicienne et nutritionniste britannique Gaynor Bussell.

"On ne peut pas tirer une conclusion sur une relation de cause à effet car il se peut qu'il y ait un autre facteur difficile à identifier qui va de pair avec la consommation de lait et qui provoque mortalité accrue et fractures", explique-t-elle.
08:07
"Il serait parfaitement légitime que M. Le Pen débatte avec le Président" pour Philippot
08:05
20 ans et au Front : la jeunesse, "outil de dédiabolisation" du FN
20 ans et au Front : la jeunesse,
08:00
En immersion avec les sauveteurs du ciel
07:49
"La télé-réalité en politique a commencé il y a bien longtemps" selon Philippot
07:42
Burkina Faso : "La situation est calme" vendredi matin
Burkina Faso :
07:35
Hollande peut "annoncer des référendums, ça nous changerait" lance Philippot
Hollande peut
07:20

Barrage de Sivens : les élus votent sur l'avenir du projet, les opposants manifestent

ENVIRONNEMENT - Les élus du Tarn décident, vendredi 31 octobre, de l'avenir du chantier de barrage contesté de Sivens, cinq jours après la mort d'un jeune opposant au projet pendant des affrontements avec les gendarmes, qui a suscité un émoi national.

De leur côté, les opposants ont appelé à se rassembler dès 08H00, dans la ville habituellement tranquille d'Albi, devant le Conseil général où les élus doivent siéger à partir de 09H30.

Au début de la séance, une minute de silence devrait être observée, en mémoire de Rémi Fraisse, Toulousain de 21 ans, mort dimanche à Lisle-sur-Tarn, sur le site du chantier de la future retenue d'eau.




Suspension envisagée

Le département du Tarn, dirigé depuis 23 ans par le socialiste Thierry Carcenac, est maître d'ouvrage de ce barrage-réservoir. Jusqu'à présent, un seul des 46 conseillers généraux s'est opposé au projet. Mais les élus tarnais se retrouvent aujourd'hui sous pression, au cœur d'une polémique nationale particulièrement vive.

Car la mort de Rémi Fraisse a tout bouleversé. L'enquête privilégie désormais la thèse d'un décès dû à l'explosion d'une grenade offensive lancée par un gendarme. Et dans différentes villes, des manifestants crient: "Carcenac, y'a du sang sur ton barrage".

La France s'interroge sur la légitimité même du projet, contesté localement depuis 2011, et qui avait été qualifié de "non sens" et de "stupidité" avant même le drame, par les élus écologistes José Bové et Noël Mamère. Poursuivre le chantier, l'arrêter provisoirement ou l'abandonner définitivement? Thierry Carcenac a déjà annoncé qu'il envisageait de "suspendre les travaux" mais "en aucun cas sine die".

Huit millions d'euros

Il va falloir tout remettre "à plat", a-t-il dit, dans l'idée d'"améliorer" le projet en suivant les préconisations des experts mandatés par la ministre de l'Écologie Ségolène Royal. Dans un rapport sévère, ces ingénieurs ont jugé le projet surdimensionné et coûteux.

"L'ensemble des conseillers généraux est prêt à optimiser ce projet pour réduire au maximum son impact environnemental", a assuré le député socialiste Jacques Valax, conseiller général du Tarn depuis 19 ans. Pour lui, le projet doit bien être mis en œuvre, en dépit de la contestation: "il en va de la pérennité de nos institutions", dit-il.

Plus de huit millions d'euros doivent être dépensés pour la construction de ce barrage-réservoir, destiné à sécuriser l'irrigation des cultures. Avec son plan d'eau de 34 hectares, l'ouvrage permettrait de stocker 1,5 millions de mètres cubes d'eau. Si elle correspond au volume de 400 piscines olympiques, cette retenue apparaît "modeste", comparée à d'autres grands barrages-réservoirs déjà construits.

Dans une "lettre aux habitants", en septembre, Carcenac invoquait "la raréfaction de l'eau" qui oblige à "constituer des réserves". Et l'élu rappelait que les travaux, encadrés par de nombreux gendarmes, avaient "démarré en toute légalité" et que la justice n'avait encore jamais donné raison aux opposants.

Pessimisme sur l'issue du débat

Jacques Pagès (divers gauche) - seul conseiller général du Tarn ayant voté "contre" le projet de barrage - se dit "très pessimiste" sur l'issue des débats. Car dans leur rapport publié lundi, "les experts mandatés par le ministère de l’Écologie expliquent pourquoi il n'aurait pas fallu faire ce barrage", dit Pagès. "Mais les mêmes experts concluent que maintenant, il va falloir le faire quand même, parce qu'il est déjà trop avancé... C'est affligeant!"

Pendant des mois, avant que la confrontation ne dégénère en affrontements, des opposants avaient multiplié les actions en justice, grèves de la faim, manifestations, occupations des lieux, quitte à vivre perchés dans les arbres. Ils tentaient, en vain, d'empêcher la destruction de 13 hectares de "zones humides" qui abritait 94 espèces protégées, selon eux.

Aujourd'hui, plusieurs centaines d'opposants - parmi les plus radicaux - occupent le terrain défriché. Le Collectif pour la sauvegarde de la zone humide du Testet, qui regroupe de nombreux opposants au barrage, demande directement au chef du gouvernement Manuel Valls de prononcer "l'abandon immédiat du projet". Et il réclame "un dialogue", pour que ses "propositions alternatives" soient prises en compte.

Le syndicat des Jeunes agriculteurs du Tarn exige, lui, des "actions fortes" des autorités. Il veut absolument voir "réaliser" ce projet qu'il juge "nécessaire et urgent" pour "assurer la vie économique d'un territoire rural pauvre".

Lire aussi :

» Sivens: "On ne peut pas accepter des violences", affirme Hollande

» Sivens: les grenades de la gendarmerie pointées du doigt

» Le drame de Sivens vire à la bataille politique

» Sivens: une quinzaine de manifestations contre les "violences policières"

» Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici


Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.
07:19
L'auteur présumé d'une attaque anti-israélienne enterré en présence de 300 personnes
07:19
L'auteur présumé d'une attaque anti-israélienne a été enterré en présence de 300 personnes
07:17
Barrage de Sivens : réunion des élus du Tarn, "une journée décisive"
Barrage de Sivens : réunion des élus du Tarn,
07:09

Tennis : et il n’en resta plus que 8 à Bercy

... dont sept des huit premières têtes de série du tournoi - seul le Suisse Stan Wawrinka manque à l'appel des quarts de finale. Les derniers joueurs français, eux, ont disparu.






07:00

Chercheur en santé depuis 1964 : Hafid BRAHMI

08-04-2014
00:02:02
A l?occasion de la célébration des 50 ans de l?Inserm, quelques-uns de ses chercheurs, ingénieurs et techniciens nous racontent comment ils ont rejoint l?Institut, reviennent sur des moments forts, et adressent leurs voeux à l?Institut pour les prochaines années.
Interview de Hafid Brahmi, Directeur des ressources humaines
©INSERM/Terre Tv
06:50
Prises d’otages, souffrance au travail : les agents de la prison de Fresnes manifestent
06:41
Réforme territoriale : le Sénat adopte une carte de 15 régions
06:37
En ce jour d'Halloween, certaines mairies interdisent les déguisements de clown
Older posts are this way If this message doesn't go away, click anywhere on the page to continue loading posts.
Could not load more posts
Maybe Soup is currently being updated? I'll try again automatically in a few seconds...
Just a second, loading more posts...
You've reached the end.